0 Flares 0 Flares ×

Comme chaque année, quelques courageux yverdonnois ont fait le déplacement jusqu’au bout du lac Léman pour prendre part à la course de l’Escalade.

Petit rappel historique pour comprendre le nom de cette course vallonnée dans les rues de la vieille ville genevoise.

En l’an 1602, le Duc de Savoie, cherchant à récupérer la jeune cité libre de Genève, lançât, par une sombre nuit brumeuse et glaciale ses plus redoutables guerriers à l’assaut des murailles de Genève. Nos valeureux futurs concitoyens, ne souhaitant pour rien au monde devenir savoyard, interrompirent leur nuit pour repousser l’assaillant. N’ayant rien d’autre sous les mains, ils renversèrent du haut des murailles la soupe brûlante qui venait d’être préparée avec amour et qui mijotait encore sur le feu. Visiblement peu friands de la cuisine genevoise, les savoyards prirent la fuite sans attendre la suite du festin. Si si !

Mais qui donc est allé courir dans cette petite république ? Fiona Héritier était de la partie. Sur un parcourt de 4.832 km bouclé en 20’49’’ (Ø4’18’’/km) elle vient terminer à la 10ème place, bravo ! Un peu plus tard, Céline Monnard vient s’élancer sur la même distance mais dans la course élite. Elle termine 41e en 18’28’’ sur un rythme de 3’49’’/km. Parmi tous ces genevois il y en avait un qui portait, il y a peu encore, un maillot de l’USY Athlétisme. Même si Sullivan Brunet ne court plus pour le club, il reste quand même attaché à notre brouillard du Nord-Vaudois et c’est pourquoi son maillot est quand même jaune et noir, même si le club a changé pour celui du Stade Genève. Sullivan et Simon étaient aussi de la partie en Escaladeélite avec trois tours à parcourir, soit 7.323km. Loin de batailler avec les premières places, Sullivan parcourt tout de même la distance en 23’59’’, soit une moyenne de 3’16’’ par kilomètre et termine à la 44 place. Laissant l’avantage à Sullivan, je viens terminer à la 57ème place en 24’28’’ (Ø 3’20/km), soit mon meilleur temps sur ce parcourt sinueux.

La course de l’Escalade est clôturée par la course de la Marmite ; course où les déguisements les plus extravagants viennent colorer la ville et où la compétition est reléguée au second plan. Après cette belle après-midi, nous avons profité de nous retrouver avec nos supporters du jour pour se réchauffer un peu.

Afin d’aller au bout de la tradition, un petite marmite a même été brisée – mais en Suisse allemande – sous le cri traditionnel : «  Ainsi périrent les ennemis de la République ! ».

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 Email -- 0 Flares ×
Soutenez-nous
Partenaires
Calendrier
<< Oct 2017 >>
LMMJVSD
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5
Événements
Connexion