0 Flares 0 Flares ×

photo_generale_7885050

C’est une idée un peu folle qui a germée après avoir terminé les 20km 2014 de Lausanne.

Début mai je réserve mon voyage et mon dossard pour Paris.
Idée un peu folle, car je n’ai commencé la course à pied qu’en avril 2013!


Fin 2013 j’ai pris mon courage à 2 mains et je me suis inscrite à l’USY. Quel bien ça fait de ne pas courir
seule dans son coin et de partager ses expériences (même si elles sont maigres comme dans mon cas). En 2014 je m’entraîne un peu, beaucoup, passionnément (1000 km) et je fais quelques courses.
Puis début 2015 les choses s’accélèrent et deviennent sérieuses. J’ai un plan d’entraînement et j’ai intérêt

à le suivre si je veux terminer ce  marathon.

10 avril, les choses se précisent, je vais retirer mon dossard au salon du running à Paris.
11 avril, dernier petit footing pour dégourdir les jambes.
12 avril : jour J, heure H, après un solide petit déjeuner à 6h00, je quitte mon hôtel une heure plus tard et
j’arrive à l’Avenue Foch à 8h00 pour mettre mes affaires à la consigne. Mon départ étant à 10h00 il y a de
quoi
commencer à flipper un maximum. 45 minutes avant mon départ, je rentre dans mon sas de départ et je fais causette pour tuer le temps. 10h05, le coup de pistolet de la délivrance, quelle émotion de descendre les Champs Elysées dans le bruit des baskets.Leparcours nous fait passer par la Bastille, puis du bois de
Vincennes
au bois de Boulogne en passant par les quais de Seine, joli casse-pattes entre le 20ème et le 30ème kilomètre.
Un petit bisou à ma famille au 31ème kilomètre.
Le mur tant attendu des 30 km n’est pas arrivé, néanmoinsje voulais accélérer le rythme dans les derniers
kils,  mais, même si le mental était là, les jambes ne répondaientplus et gardaient invariablement leur
même rythme.Le bois de Boulogne a été pour moi très long. J’ai été surprise de l’état des coureurs dans les

derniers kilomètre :le nombre de crampes, de personnes qui vomissaient ou qui hurlaient de douleur, qui marchaient et n’arrivaientplus à avancer était très élevé. J’ai dû zigzaguer pour
arriverà dépasser tous les marcheurs. Au 42ème km dernier virage vers l’Avenue Foch et l’Arc de Triomphe

en point

de mire,je ne peux contenir mes larmes et explose de joie. Défi relevé en 4h39 et quelques secondes.

Toutes ces émotionsm’ont donné envie d’agender mon second marathon en 2016 …

Je remercie ma famille de m’avoir supportée

en ce début d’année, mon coach Jean-Marc Coendet, Stephane Heiniger et les coureurs du mercredi soir de l’USY.

Je crois que j’ai attrapé le plus merveilleux des virus : celui de la course à pied.

Laurence Guenat Siffert

 25858560IMG_4578

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 Email -- 0 Flares ×
Soutenez-nous
Partenaires
Calendrier
<< Nov 2017 >>
LMMJVSD
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3
Événements
Connexion