0 Flares 0 Flares ×

 

TVSB

TVSB – Col de Mille

En vue d’une participation à l’une des courses de l’UTMB 2017, notre « néo-traileuse » Laurence se devait de tester son endurance et ses sensations sur des autres courses similaires. Aussi afin de récolter les points nécessaires à son inscription, elle participe à deux compétitions « hors-normes » : La Scenic et La traversée. Voici son récit, qui, par des mots accrocheurs, saura sans doute allumer de nouvelles vocations parmi nous !!

Après avoir participé en 2015 à mes premières courses de montagne (Sierre-Zinal et Yverdon-le Chasseron), je crois que j’ai été contaminée par le virus du trail et de la montagne.

C’est ainsi qu’à fin 2015 j’ai commencé à m’intéresser par curiosité à des courses de montagne plus internationales. En parcourant le site de l’UTMB, j’ai été accrochée par la description de la CCC (Courmayeur – Champex – Chamonix, 102 km). Mais voilà, pour y participer, il faut avoir fait sur deux ans au maximum, deux courses qualificatives. Parmi celles-ci en planifiant mon calendrier 2016, j’ai été attirée par le Scenic Trail (j’adore le Tessin) et par la Traversée (la Fouly – Verbier).

Profitant de l’entraînement du marathon de Paris, j’avais une solide base d’endurance. Entre le marathon et le Scenic Trail, j’ai appris à connaitre tous les cailloux et les racines du Chasseron, dénivelé oblige.

 

Samedi 11 juin, fins prêts pour le départ du Scenic Trail à Tesserete à 7h00 du matin sous une pluie battante, on nous annonce que le départ est reporté d’une heure pour attendre la fin de la pluie (dommage, j’aurais volontiers dormi 1h de plus …).

Laurent y participe également sur la distance 24K.

Une fois le départ lancé, la pression retombe.

Arrivée à 24 km Laurent m’attendait après la fin de sa partie, bouclée en 4h21. Là, je me suis dite que je devais encore faire l’équivalent de Sierre-Zinal … dur dur pour le moral. Heureusement que le balisage était bon et que le temps s’améliorait au fur et à mesure des km car on voyait de moins en moins de participants sur le parcours.

Avant le 30ème km, j’ai vécu des descentes dans des forêts, des champs de boue plus que mémorable, des descentes qui faisaient plus penser à du ski que de la course à pied.

A l’arrivée, le compteur affichait 54 km pour 3’900 m. de dénivelé positif et autant en négatif. Certes mon temps n’a pas été extraordinaire (13h 11 minutes) mais j’ai eu la joie d’avoir mes premiers points ITRA.

 

Deuxième trail quatre semaines après, je stresse plus qu’au premier car je sais ce qui m’attends …

Samedi 9 juillet, je m’élance à 10h du matin depuis La Fouly.

La montée sur le col de Fenêtre (2’700 m.) était enneigée au sommet, puis on descend sur l’hospice du Grand-St-Bernard. Luge sur les fesses pour dépasser les coureurs (je déconseille si on tiens à son intégrité phyisque, mon coude s’en souvient encore).

Deuxième montée au col de Chevaux, partiellement enneigé.

Le début de la descente vers Bourg-St-Pierre fut terrible pour une piètre descendeuse comme moi. Il fallait se tenir à des cordes pour passer les parties enneigées. Je suis retombée quelques fois sur mon coude et me suis faite dépasser par une bonne centaine de personnes. Arrivée au village, deuxième ravitaillement et soins de la plaie.

Puis montée sur le col de Mille. Une petite partie protégée dans la forêt et ensuite le cagnard, pas d’ombre et un soleil de plomb. Heureusement que des paysans de montagne avaient mis des points d’eau pour le passage des coureurs. Un petit contrôle au sommet du col, puis descente jusqu’à Lourtier. Après toutes ces heures de solitude, j’ai la joie et la surprise de pouvoir embrasser mes enfants et mon mari qui me tiennent compagnie un moment au ravitaillement de Lourtier. Ca fait chaud au coeur surtout quand je sais que la prochaine montée est la plus terrible de tout le trail. J’ai de la peine à me séparer de ma famille, mais je mets ma frontale pour affronter la nuit et le mur de 1’200 m. de dénivelé sur 5 km. Au début de la montée, je suis en forme et fière de dépasser pas mal de monde. Mais dans le dernier tiers, le régime baisse et le passage d’un ruisseau glacé a eu raison de mes jambes tétanisées par les crampes.

La dernière descente s’est bien déroulé et fut rapide, à croire que je descend mieux la nuit que le jour. J’étais peut-être motivée par le fait que j’avais peur d’arriver à bout de batteries et de devoir courir dans le noir.

Finalement je suis arrivée à Verbier à 1h42 du matin, ce qui fait donc 15h42 de course pour 61 km et 4’100 m. de dénivelé positif.

 

Je suis contente d’avoir terminé car le taux d’abandon de ces trails avoisine les 25%.

Avec mes points ITRA acquis, j’attends avec impatience l’ouverture des inscriptions pour la CCC en 2017, mais ce n’est pas gagné car les places étant limitées, il y a un tirage au sort.

Je remercie mon coach Jean-Marc Coendet d’avoir cru en moi et de m’avoir entraînée durant cette année 2016, merci à Stéphane Heiniger pour ses entraînements du mercredi soir et un merci tout particulier à ma famille et à mes enfants si compréhensifs durant tous ces mois d’entraînement. Merci également à tous ceux de l’USY qui m’ont encouragée et soutenue, mention toute particulière aux Warior Girls qui se reconnaitront.

 

Laurence

 

Scenic Trail – Descente sur Bre

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 Email -- 0 Flares ×
Soutenez-nous
Partenaires
Calendrier
<< Nov 2017 >>
LMMJVSD
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3
Événements
Connexion