0 Flares 0 Flares ×

14067868_645452928954175_3685967532088286911_oLa Course aux cinq 4’000 est considérée par beaucoup comme la plus belle des courses de montagne. Et ce n’est certainement pas par hasard. A l’heure où fleurissent des épreuves de trail, en Suisse comme dans toute notre planète, tels des pissenlits au printemps, à l’heure où l’adage est: « toujours plus long, toujours plus haut, toujours plus dur », il est bon de se replacer dans le contexte d’une classique, qui, malgré ses 43 piges, possède encore toute son aura, et n’a pas pris une ride! Une valeur sûre, une référence, une très belle course. Un défi pour certains, une tradition pour d’autres. Pour Filippo, elle représentait un bel objectif. Sportif, lui qui ne pratique le running « sérieusement » que depuis une année ( bon, les bases sont là, étant ancien amateur-élite de cyclisme sur route en Italie auparavant!), et qui a trouvé dans la montagne un terrain de jeux magnifique. Mais aussi objectif humanitaire: car ce coureur profondément « humain » en a « profité » pour récolter des fonds, via des sponsors privés, pour une association caritative aidant des orphelinats et des personnes âgées dans le besoin, dans la région de Saïgon au Vietnam (association APVN, www.apvn.org ). Une très belle action qui lui aura permis de recevoir plus de 1’500.- de dons ! Son aventure sportive et humanitaire s’est soldée par un beau succès, et il nous la relate ci-après. Grazie Mille Ragazzo!

SIERRE – ZINAL 2016

Pour les enfants du Vietnam

Albinen- 18.30, vendredi soir 13 août.

«Bonsoir !»

«Bonsoir, »

(C’est  bien on est tombés pile sur le patron de l’appartement)

Malgré qu’on ne comprenne rien au schwitzerdütch on essaie tant bien que mal de communiquer..

«Nous avons réservé un appartement pour ce soir. »

«Vous êtes sûrs ? Pour ce soir tout est complet ! »

«Oui, on a bien réservé pour ce soir et la réservation est bien enregistrée dans la boite e-mail ouverte devant nos yeux. »

Céline Monnard nous a rejoints, Elodie et moi, pour passer la nuit plus près du lieu de départ du lendemain.

C’est 20 h 30 le soir qui précède la course en montagne Sierre-Zinal, on ne sait pas encore ou on dormira cette nuit-là, ni à quelle heure, car tous les logements dans la vallée et aux alentours affichent complet depuis longtemps.

Je me suis affairé avec mon téléphone mais le résultat n’a pas été concluant, toujours la même réponse au bout du fil : TOUT EST COMPLET ! Super ! La tension monte.

Nous dormirons finalement à trois dans un petit studio.

Ça ne sera pas difficile de connaitre une approche moins surprenante avant une course.

 

-Samedi 14 août, jour de Sierre-Zinal-

6:30

Le réveil sonne enfin, la nuit n’a pas été très reposante pour moi étant donné que j’ai dû dormir trois heures environ.

Les préparatifs se font un peu machinalement, je commence à me concentrer sur l’effort à venir.

Le ravitaillement est prêt et je le remets à Elodie pour qu’elle puisse me le passer à Chandolin.

En route pour Sierre je jette un dernier coup d’œil aux temps de passage, prévision entre 3h30 et 4 h00.

Il fait super beau ce samedi, les conditions sont idylliques pour participer à une course en montagne, un peu chaud mais je préfère la chaleur à la pluie, le froid, très froid, et l’orage qu’on a rencontrés Stéphane Heiniger et moi à la reconnaissance du parcours au mois de juin.

Vers 9 heures on parts s’échauffer car le départ est prévu à 9h 45 pour les coureurs élites.

La chaleur se fait déjà sentir dès les premiers cents mètres, pourtant on trottine seulement.

A 9h 30 on décide, Céline et moi, d’aller s’aligner au départ car sur une course d’une telle ampleur il faut se placer assez à l’avance au risque de se retrouver dans les bouchons.

Au premier abord on ne voit personnes vers la ligne de départ, bizarre on pense, alors on avance un peu et quelle n’est pas notre surprise de voir qu’il y a environ six cent personnes devant nous qui attendent patiemment le coup de pistolet.

Et moi qui voulais partir dans les deux cents premières places, on apprend toujours.

 

 

Le départ

 

Au coup d’envoi on n’a pas le choix, il faut accélérer d’entrée pour essayer de dépasser un maximum de concurrents, chose que je fais pendant les deux premiers kilomètres de la course car on est sur une route assez large.

Soudain elle cède la place à un sentier étroit et escarpé et je suis contraint de faire du sur-place plusieurs fois car il y a la place que pour une personne à la fois, que c’est long !

Mais il faut garder le calme, la course est longue.

Une montée de 1500 mètres de dénivelé positif mène à Chandolin avec des pourcentages à plus de 40% par endroits, je me sens bien et en dépassant un concurrent après l’autre je remonte au classement.

Il faut en garder sous la semelle, tel est mon mantra, la course est longue.

Je passe à Chandolin en 1h 39’ je sais que pour moi c’est un bon temps mais c’est beaucoup trop tôt pour faire des calculs, je me fie à mes sensations.

Je verrais le soir qu’à ce moment de la course j’ai remonté environ 400 positions, j’ai fourni un gros travail pour en arriver là.

Quel est mon plaisir de retrouver Lucile et Elodie, qui généreusement me passe le ravitaillement, et m’encourage juste après le village de Chandolin, merci beaucoup Elodie !

On se croirait sur un col du tour de France, les gens sont postés des deux côtés de la route et incitent les coureurs au passage indistinctement, peu importe leur classement ou leur nationalité, ils respectent leurs efforts, un plein d’énergie positive pour moi inattendu.

Quand c’est dur je pense que ma course est avant tout une action bénéfique pour des enfants pauvres ou/et malades, et que chaque pas peut leur apporter du soutien concret grâce à tous les parrains qui ont décidé de me soutenir.

Je n’accorde à mon esprit aucune faiblesse car eux n’ont pas autant de chance que moi.

J’avance.

Entre Chandolin et l’hôtel Weisshorn la course monte jusqu’à 2387 mètres avec des pourcentages plus faibles comparées à la premier montée mais la fatigue commence à se faire sentir et le soleil aussi car on est sortis de la forêt et plus aucun abri n’est en vue.

Après 2h 34’ d’efforts j’arrive à l’hôtel Weisshorn, belle course en progression, ça me motive.

Je dépasse encore quelque concurrent mais la situation semble s’être stabilisée un peu.

A Nava la course atteint le point culminant à 2425 mètres, il manque environ sept kilomètres  à l’arrivée et à partir de là le parcours est en descente, d’abord douce puis elle finit par trois kilomètres très raides.

Le chemin est roulant malgré son étroitesse et divers passages techniques, je cours seul depuis une vingtaine de minutes mais bientôt je commence à sentir le souffle des concurrents qui se rapprochent.

Un d’entre eux m’a foncé littéralement dessus, pas besoin de dire que je n’ai pas été très content car à ce moment de la course mes jambes commençaient à se raidir et je devais être très concentré pour voir ou je posais mes pieds, une erreur pouvait s’avérer fatale pour mes chevilles.

Les derniers trois kilomètres en descente qui mènent au village de Zinal ne terminaient plus, je me suis fait dépasser par une vingtaine de concurrents avant d’arriver sur la route goudronné ou  une écriture à même le sol annonçait quatre-cents mètres à l’arrivée, j’ai pu terminer par une longue accélération et enfin couper la ligne d’arrivée en 3h 42’ 05 ’’ à la 203éme place au classement général.

Je visais entre 3h 30 et 3h 50, l’objectif est atteint, je dois être content de mon chrono si je tiens compte des problèmes au départ, je retiens la leçon.

Bravo à Céline Monnard, qui termine en 3 h 54’ 04’’ à la 307éme place, belle course malgré les mésaventures du départ, une fille tenace.

Bravo à Jimmy Romanens, qui termine en 3 h 55’ 33’’ à la 319éme place, malgré des crampes persistants t’as su aller jusqu’ au bout, chapeau !

Bravo à Christian Cachemaille, qui termine en 4h 10’ 16’’ à la 425éme place, malgré tes obligations professionnelles qui t’ont empêché de bien te préparer, tu réalises un temps très honorable.

Enfin bravo à tous les autres coureurs de l’USY que je n’ai pas eu l’opportunité de voir, je suis sûr que vous vous êtes battus avec toutes vos forces.

Ca été une course magnifique, dure évidemment mais j’étais heureux d’avoir pu réaliser un beau projet associé à une action humanitaire.

 

Remerciements

 

Merci à toi Stéphane, entraineur, ami, conseiller, exemple à suivre, je suis reconnaissant pour tout ce que tu fais pour les autres, tu es une personne au grand cœur, mes progrès en course je les dois surtout à toi, grâce à tous tes conseils pendant ces mois, merci infiniment.

Merci à Elodie de m’avoir accompagné aux courses ces derniers mois, de me soutenir dans les moments difficiles, d’être patiente et présente, malgré la pluie, le froid, la chaleur, les réveils matinaux, l’attente parfois longue.

Sans toi ce beau projet n’aurait pas vu le jour, ensemble nous avons d’abord atteint puis dépassé l’objectif qu’on s’était fixées, quarante parrains, objectif ambitieux certes, mais quand on peut compter sur des amis généreux tout est possible, c’est une très belle victoire pour nous !

Ton soutien est fondamental, ensemble on forme une belle équipe.

Merci aussi à mes amis les coureurs, on est un beau groupe, je prends du plaisir à transpirer avec vous lors de nos entrainements, ensemble on va plus loin, vive les coureurs de l’USY !

Merci à vous tous, mes parrains, sans vous je n’aurais pu réaliser ce beau exploit, vous avez fait preuve d’une grande  générosité.

Vous avez permis à des enfants de pouvoir continuer à vivre en rêvant d’un futur meilleur, merci à vous tous du premier au dernier du fond du cœur.

Si vous voulez concrétiser votre promesse de parrainage vous pouvez vous acquitter de la somme de 31- CHF au compte suivant :

 

Association pour le Vietnam

APVN

1200 Genève

CCP 17-373228-6

 

Merci d’avance.

 

Filippo Pisano

 

 

 

Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde

Mahatma Gandhi

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 Email -- 0 Flares ×
Soutenez-nous
Partenaires
Calendrier
<< Jan 2018 >>
LMMJVSD
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4
Événements
Connexion