0 Flares 0 Flares ×

Affiche de la course en 1992, on y reconnaît les « jumelles »

« tu fous quoi le 5 novembre 2017 ?… » , cette question que me posa Odile il y a une année résonne encore en moi, tel un leitmotiv qui m’a accompagné durant tous ces derniers mois ! A l’issue de cette question, une réflexion, puis une décision (assez rapide !) : OUI ! je veux être de cette aventure ! Alors ?… alors on forme une équipe motivée et soudée, des filles et des gars ayant le même rêve ! On met sur pied un plan d’entraînement, on s’y attache, on cravache, on y croit, ou des fois plus…, on souffre et on rigole, pour, au final, vivre l’accomplissement de ce défi sportif oh combien inoubliable ! Peu de mots, beaucoup d’émotions, de l’esprit d’équipe, de la souffrance et plein de bonheur…Le NYC Marathon c’est un peu tout ça à la fois !

Ce projet un peu fou-fou trottait dans la tête de Odile et Stéphane depuis déjà quelques années : Pour marquer une année jubilaire chez la première nommée,  participer  à son premier marathon, et pourquoi pas, à la reine des épreuves de la distance, à la Mecque de la course à pied : celui de la Grande Pomme !

Le groupe Suisse romande

Après m’avoir rapidement convaincu, on constitua un joli groupe de 9 : Odile, Fabienne, Sonia, Stéphane, Filippo, Dominique, Bertrand et Fred comme coureurs, Elodie comme accompagnante. Pour l’organisation du voyage et du séjour, nous nous sommes joints à un groupe de fribourgeois très sympas avec lequel nous avons pu rapidement très bien nous entendre et partager repas, footings, et nos vécus respectifs. Une super équipe !

Dès le premier jour, notre endurance (et notre patience !) a été mise à l’épreuve… lors des passages aux contrôles de sécurité ! De nature chanceuse, Stéphane a même vécu le privilège de gagner( !) le droit de participer à une interview approfondie ! Après un petit moment de suspense, nous le retrouvions et pouvions nous envoler pour ces quelques jours d’escapade ! Une première victoire que de se retrouver dans l’avion !

Arrivés sur place, le trajet jusqu’à notre hôtel dans un bus …plutôt bien chauffé (il semble que le bouton de la clim et celui du chauffage s’étaient inversés !) nous fit écarquiller des yeux ébahis sur cette ville, ses tours, ses ponts, son trafique, au son des explications de notre guide d’un moment. De quoi nous mettre l’eau à la bouche pour les jours à venir !

One World Trade Center tower

Nos trois drôles de dames sous Dame Liberté

Petits footings matinaux, visites et bonne humeur s’enchaînèrent : Time square et ses panneaux publicitaires (qui font croire qu’il fait tout le temps jour), Manhattan , le musée 9/11 en mémoire du 11 septembre 01 (très bien conçu, on en ressort un peu secoué), la magnifique nouvelle tour « one world trade center » avec sa cafet et son point de vue au 102ème étage ! », la « high line », le Chelsea Market, le pont de Brooklin, la statue de Madame Liberty, le centre rockfeller et sa tour immense, le mythique Empire State, le charme calme de Central Parc  et ses écureuils hyper familiers, du shopping à profusion, pour tous les goûts (en particulier celui du chocolat dans le M&M’s Store !) , cette ville, que l’on visite le nez en l’air, est une source intarissable de belles choses à voir et à vivre !

Il fait chaud…

…Il fait froid!

La météo était de notre côté d’ailleurs : bien que changeant rapidement, nous avons bénéficié de très belles conditions (jusqu’à passé 20 degrés et soleil en début de séjour, pour finir par un temps plus froid et pluvieux vers la fin) tant pour ces visites que pour la course (couvert ce jour-là, 12-13 degrés sans vent et légère pluie sur la fin ). On a été vernis !

La course elle-même ? Il faudrait des pages pour la décrire ! Tant c’était une expérience incroyable ! En quelques flashs, voici les impressions qui me restent, espérant que de vous les livrer saura susciter en vous des idées de ce que cela peut être, voir, des envies d’y aller un jour !

Tout d’abord, une organisation impeccable : attribués par blocs en fonction des temps, les dizaines de milliers de participants sont aiguillés dans des zones, des corrals où les sacs peuvent être déposés. Des cabines de toilettes à n’en plus finir. Un pont de Verazzano noyé par une marée humaine. Le discours de Robert de Niro juste avant le départ. Puis le coup de canon, on se bouge, on attend, on marche d’abord, puis de plus en plus vite, on trouve notre rythme de croisière en slalomant , en se faufilant, en cherchant la meilleure trajectoire. Des spectateurs massés le long du parcours : ils crient, ils encouragent,  ils chantent, ils sont presque assourdissants par endroits. Des ravitaillements fréquents. Des coureurs handicapés courant en duo (magnifique). Des « adversaires » de tous horizons, arborant fièrement pour beaucoup les couleurs de leur nation (tiens un mexicain, allez je vais lui dire deux mots en espagnol !.. ou là un russe, un indien, un japonais… une vraie tour de Babel !). Des groupes de musique, de percu, des évangélistes (Oui !! Jesus run with you !!). La famille des coureurs avec les panneaux nominatifs ( ah celui-là va vite voler un ptit bisou à sa femme !…), des mains tendues par les enfants, à taper (les mains donc… !). Un parcours dont on ne se lasse pas : des quartiers très différents (c’est plus calme dans le quartier juif). Et ces pont ! (ach ! Ce Queensboro !!!: l’impression de faire une course de côte !!). Le Bronx, quelle ambiance ! Elle me fait un peu oublier mes crampes et mes douleurs et le fait que … j’avais un objectif chronométrique  et… que je pouvais l’oublier !…Ah voilà Odile et Stéphane qui me re-dépassent… Je les avais distancés quelques kilomètres auparavant… Merci les amis ! Vous me redonnez un ptit coup de fouet pur repartir !… A l’approche de Central Parc, on se réjouit de bientôt arriver mais…diable que ça monte le long de ce parc ! Ah ! une petite descente ! Je vais pouvoir relancer…ah non, une nouvelle crampe tempère mes ardeurs. Puis…l’explosion, cette dernière ligne droite, cette arche d’arrivée que j’avais tellement vu à la télé les années précédentes ! Allez, on lève les bras comme les autres, et on passe…ça y est . C’est fait. Un peu ébêté, bien vidé. Lorsqu’un bénévole me passe la médaille autour du coup et m’enveloppe dans une couverture de survie, je ne peux retenir mes larmes. Trop beau… trop fort… trop d’émotions… de mes trente années de course à pieds jamais je n’avais vécu cela. Oui, ça valait la peine. Le chrono ? Là , il est un peu secondaire… J’ai limité les dégâts, déjà ça. Mais j’ai surtout vécu un truc hors du commun. Et là, c’est la véritable victoire. Les bénévoles sont incroyables d’attention, de bienveillance, de bonne humeur et de gentillesse : ils sont vraiment cool ces New-Yorkais !

Sur le pont de Brooklin

Notre petit groupe a parfaitement rempli sa mission en terminant son pensum sans blessure, sans abandon, sans grosse défaillance. Certes, notre fusée Bertrand a fait une petite visite de courtoisie à l’infirmerie après son arrivée (rien de grave, une grosse fatigue et une petite hypo…), certes, Odile et Dominique ont été un peu ennuyés par des problèmes d’estomac, Sonia, Filippo et moi par des crampes, mais au final, on a tous réussi. Et on a tous vécu ces émotions intenses pendant 3 à 5 heures, ces moments qu’on n’oubliera jamais !

Il faut toutefois mettre l’accent sur l’EXPLOIT du jour, car quand même…il mérite ! 😉  Car 2h42’ sur ce parcours, deuxième Suisse derrière Tadesse Abraham, et top ten de sa catégorie (8ème ) il fallait le faire : un tout grand BRAVO à Bertrand ! Là tu nous as tous bluffés !

Monseigneur Empire…

Rockfeller Center et sa célèbre patinoire

Les trois jours qui ont suivi, les descentes d’escaliers ont été plutôt… laborieuses ! Surtout pour Filippo Bertrand et moi (donc tous ceux qui ont vraiment donné quoi ! 😉 ) mais cela ne nous a pas empêché de poursuivre visites et récupération gastronomique ( avec force M&M’s et pizzas géantes à la clé par exemple ! ). Mais une semaine s’écoule  tellement vite quand on ne s’ennuie pas une seconde que voilà déjà arrivé le moment du retour.

Un tout grand merci à Elodie (la compagne à Filippo) pour nous avoir accompagné , encouragé, photographié, servi de guide et bien plus encore ! Ta présence charmante et souriante nous a fait vraiment plaisir !

C’est donc avec des images et des impressions plein la tête que nous sommes rentrés, fatigués, mais heureux. Oui, la réputation de ce marathon n’est vraiment pas usurpée et l’expérience en vaut la peine, pour qui en a l’occasion et l’envie !

 

FS

 

Les résultats de notre groupe :

New York City Marathon, 42,2 kms

Femmes:

  • Odile Rufener 3h23’
  • Sonia Plancherel 4h45’
  • Fabienne Schaefer 4h45’

 

Hommes:

  • Bertrand Dutoit 2h42’
  • Filippo Pisano 3h10’
  • Stéphane Heiniger 3h23’
  • Fred Schaefer 3h31’
  • Dominique Plancherel 4h53’

    Bye Bye NY!

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 Email -- 0 Flares ×
Soutenez-nous
Partenaires
Calendrier
<< Nov 2017 >>
LMMJVSD
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3
Événements
Connexion