0 Flares 0 Flares ×

Récit d’un séjour à Iten au Kenia, où l’amour pour la course a pieds unit les coureurs de tous horizons et nationalités.

Objectif : associer un record personnel sur 10 km et réaliser un rêve de longue date

Pour me présenter en quelques mots, je m’appelle Bruno Albuquerque, 39 ans, je vis à Belmont-sur-Yverdon et je suis technicien sur chariots élévateurs.

Sportivement, j’ai d’abord commencé par une vingtaine d’années de football au FC Stade Nyonnais. Malheureusement, en 2010 une double fracture du tibia péroné droit a mis un terme à ma petite carrière de footeux amateur. Après 4 ans sans sport, j’ai commencé à trottiner sur un tapis de course dans un fitness, et, de fil en aiguille, j’y ai pris goût et me suis inscrit à ma première course : le semi-marathon de la Côte, avec un classement de 617ème général et un temps de 1 h 53 min 45 sec.

Après 8 années d’entrainements et de courses et en voyant beaucoup de mes amis partir s’entraîner au Kenya, l’envie de faire comme eux a grandi en moi.

Voici donc mon périple kenyan 😊

En septembre 2021, Meldin, un ami, me propose de partir 2 semaines avec lui à Iten en février 2022 pour s’entraîner, ce que j’ai accepté sans hésitation. Environ 2 mois plus tard, Gilles, un coureur du club de l’USY, s’est également joint à nous pour ce voyage. Nous en avons profité pour emmener des jouets et du matériel scolaire pour l’association Simba for Kids créée par Julien Lyon.

Nous voici donc prêts au départ le jeudi 3 février depuis Genève, direction Francfort puis Nairobi pour enfin arriver à Eldoret, d’où un matatu (taxi kényan) nous a emmenés pendant environ une heure à destination d’Iten.

Après avoir distribué les cadeaux aux enfants et passé la première nuit (pas de tout repos, merci les moustiques) me voici donc prêt à attaquer les choses sérieuses pour deux semaines intensives, avec comme espoir à mon retour de battre mon meilleur temps sur 10 km qui est de 34 min 30 sec.

Les journées au Kenya se ressemblent toutes, à savoir : Le matin : levé à 6h, partir faire une séance de vitesse ou d’endurance, rentrer, se doucher et prendre le petit déjeuner, se reposer. A midi on prend le dîner qui est suivi d’une sieste ou d’une balade, et en fin d’après-midi on fait un footing de décrassage. Le soir c’est souper et au lit. Faut dire qu’à Iten il n’y a pas beaucoup de boîtes de nuit ou de distractions 😉

L’acclimatation n’est pas facile à 2400m d’altitude, surtout pour les séances rapides ou de tempo, où le souffle et le cardio sont particulièrement mis à rude épreuve. Un simple footing nous donne parfois l’impression d’être au 35ème km d’un marathon, surtout que là-bas, il n’y a pas un mètre de plat, ça monte, ça monte encore, et les cailloux et la terre rouge remplacent le goudron. Bref, rien n’est facile là-haut.

Pendant ce stage j’ai eu la chance de pouvoir côtoyer des athlètes de niveau international, entre autres, Abraham Tadesse, Morhad Amdouni, Yoann Kowal, Amanal Petros, Lonah Chemtai Salpeter avec qui je partageais le même hôtel (kerio View) et quel ne fût pas mon bonheur de croiser le patron des patrons, Monsieur Eliud Kipchoge qui tranquillement prenait son déjeuner dans un restaurant indien à Eldoret 😊 la preuve en image :

Avec Eliud Kipchoge

Avec Tadesse Abraham

 

 

 

J’ai particulièrement développé une belle amitié avec Morhad Amdouni, un athlète au grand cœur avec qui je prenais tous mes repas et avec qui je faisais mes footings en fin de journée. J’ai même eu le privilège de pouvoir faire le lièvre à vélo sur deux de ses séances sur piste, de 30x300m et une autre fois 15x600m, je ne vous dirais pas les chronos tellement c’est impressionnant.

 

Les jeudis, à Iten, il y a toujours le fartlek Kényan, c’est une séance d’environ 20x 1’/1’ à laquelle j’ai voulu y prendre part car tout le monde m’en parlait. Inutile de dire que je me suis retrouvé en queue de peloton au bout de 5-6 séries tellement le niveau est démentiel ! Mais l’important était d’y participer une fois et de pouvoir partager ça avec parmi les meilleurs coureurs au monde.

Pour ceux qui aiment le plat et les séries, il y a la route de Moiben, cette fameuse route que vous pouvez voir si vous regardez les vidéos de Julien Wanders, d’environ 17-18Km légèrement vallonnée, où se côtoient coureurs amateurs et professionnels, et qui est surtout empruntée par les coureurs et les matatus qui suivent avec les gourdes.

 

Pendant notre stage nous avons également pu assister au World Cross Country Tour, en mémoire d’Agnes Tirop, coureuse kényane tuée par son mari en octobre 2021. Un moment riche en émotions, où les meilleurs coureurs du pays, d’abord les femmes et ensuite les hommes, accompagnés de quelques coureurs internationaux européens se sont tiré la bourre sur un joli parcours de 10km avec un passage dans la boue de 20m et avec de belles petites côtes. A noter que beaucoup de participants couraient pieds nus et que le vainqueur hommes s’est imposé en moins de 30 minutes.

Ma dernière séance de vitesse courte s’est faite à Eldoret, avec les amis, et nous avons eu la chance d’être accompagnés par Helen Bekele qui était en préparation pour le marathon de Tokyo avec son groupe. Nous avons fait 3x800m, 6x400m et 2x200m sur la fameuse piste Kipchoge Keino Stadium.

Après 2 semaines passées dans ce merveilleux endroit, ou les habitants locaux sont juste géniaux et où l’on a rencontré des gens vraiment au top, il est temps de rentrer. Le retour en suisse le 18 février 2022 se passe très bien, je retrouve vite mes habitudes et je reprends directement le chemin des entrainements avec un groupe de l’USY de samedi, qui ont prévu une belle petite séance costaude de 5x1200m et 5x300m, laquelle se passe très bien avec de merveilleuses sensations.

8 jours plus tard, le grand jour de mon objectif est arrivé, le 10km de Payerne. Une magnifique course avec un niveau national juste incroyable. Après un départ la fleur au fusil sur des allures élevées et un passage aux 5km en 16’21, la 2ème boucle sera plus dure sur ce parcours bien plat et avec une météo idéale, je termine ma course en 33min 43s 😊, donc objectif atteint en ayant battu mon RP d’environ 50 secondes.

Voilà, j’espère que vous avez pris plaisir à lire cette petite expérience que j’ai vécu au Kenya et ou j’espère y retourner, mais un peu plus longtemps.

 

 

 

 

 

 

 

Bruno Albuquerque

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 Email -- 0 Flares ×
Partenaires
Soutenez-nous
Calendrier
<< Mai 2022 >>
LMMJVSD
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5
Événements
  • Aucun événement
Connexion